Le DFi, la technologie en marche

19 oct. 2018

Il faut du temps pour asseoir une nouvelle technologie. Du temps pour en démontrer les atouts, pour convaincre. Du temps aussi pour affiner, l’adapter aux exigences de chacun grâce aux riches échanges réalisés avec les équipes techniques des coureurs au large. En trois ans, le DFi®, la membrane filamentaire d’Incidence technologies a fait ce chemin. Sa tenue de forme, sa légèreté, sa durabilité sont désormais reconnues et appréciées et cela ne fait que commencer…

 

Seules deux voileries au monde produisent leur propre membrane filamentaire. Incidence Sails est l’une d’elles. L’unité de production du DFi® est située à proximité de La Rochelle : comme tout ce qui est produit par le Groupe Incidence, c’est du « made in France ».

 

Chaque voile est unique

Le processus de conception du DFI® est issu de la technologie du D4, la membrane « classique » d’Incidence : des bandes filamentaires pré-imprégnées sont laminées sous pression, à 7 bars, à chaud.

 

La composition de ces bandes d’Aramide et de Dyneema ainsi que leurs positions sont définies, pour chaque voile, selon son programme de navigation, de façon unique et très précise, par le bureau d’étude d’Incidence Sails et les ingénieurs d’Incidence Technologies. Chaque voile réalisée en DFi® est une pièce unique.

 

Tenue de forme, durabilité et légèreté associées

L’une des particularités de la membrane filamentaire d’Incidence, c’est sa légèreté (72 kg pour une grand-voile d’IMOCA). Réalisée sans film, tout est en effet optimisé et structurellement efficace au cœur de ce matériau composite.

Sa durabilité a été très largement éprouvée : notamment par Lalou Roucayrol (Multi50 Arkema), qui teste le DFi® depuis 2015 sans aucun accroc à déplorer.

Le Vendée Globe 2016 fut la confirmation ultime avec un J1 et un J3 à bord du « SMA » de Paul Meilhat. Tandis que le DF panneau* était mis à l’épreuve sur le « Comme Un Seul Homme » d’Eric Bellion. Test qui s’est révélé très concluant puisque cette membrane filamentaire dédiée notamment aux coupes radiales fut commercialisée dans la foulée, en 2017.

Son efficacité enfin, la raison d’être de ce matériau composite, rempli pleinement son contrat : « ça accélère tout de suite. Nous n’avons plus le phénomène déformation puis accélération : la risée se transforme directement en accélération », Lalou Roucayrol (Multi 50 Arkema).

 

Toujours plus loin

Tenue de forme, légèreté, durabilité : en trois saisons, le DFi® a prouvé ses qualités en course au large, en IRC, chez les armateurs de superyachts, auprès de propriétaires de one off, de chantiers navals, bientôt en Figaro Bénéteau 3.

En parallèle, le bureau d’études d’Incidence Technologies poursuit son travail de recherche et développement dans l’objectif de tirer encore les performances de cette membrane vers le haut : à suivre…

 

Le DFi®
Membrane filamentaire issue de la technologie D4
Développement 100% Incidence Technologies
Etalement de bandes filamentaires à plat
Laminage sous pression à 7 bars à chaud
Panneaux assemblés en voilerie

 

Témoignages coureurs 

Lalou Roucayrol (Multi 50 Arkema)
« Avec le DFi®, nous avons senti une vraie grosse différence : ça accélère tout de suite. Nous n’avons plus le phénomène déformation puis accélération : la risée se transforme directement en accélération. Et le gain de poids est énorme (20%). Nous sommes aussi allés un peu plus loin dans la conception de la voile en passant de 6 à 5 lattes. Au final, cela fait une vraie grosse différence. »

 

Sébastien Simon (IMOCA Arkea)
« La technologie d’Incidence est très intéressante, les voiles sont légères. »

 

Daniel Andrieu (Sun Fast 3200 Cifraline)
« L'effet le plus immédiat et le plus perceptible est que la puissance est transmise au gréement puis au bateau, sans déperdition, et que les réglages générés par le régleur de GV ne sont plus tamisés par la déformation de la membrane. Ainsi la puissance passe directement du producteur (le vent) au consommateur (le bateau, la vitesse). »

 

Aymeric Chappellier (Class40 Aïna, Enfance et Avenir)
« Le bilan est toujours aussi positif concernant mes voiles ! »

 

Yoann Richomme (Class40 Veedol)
« La tenue de forme est fantastique, c’est ce qui se fait de mieux sur le marché. »

 

Luke Berry (Class40 Lamotte – Module Création)
« Les voiles sont raides, les profils très jolis et efficaces. »

 

Louis Duc (Class40 Carac)
« Je n’ai pas testé le DFi sur mon bateau, mais j’ai l’impression que c’est ce qui se fait de mieux en haut de gamme en terme de tenue de forme et de légèreté. »

 

Photo Bernard Le Bars - Incidence Sails